100 Questions

Le médicament et sa mise au point

Iatrogénie : comment faire pour éviter les complications liées aux médicaments ?

La iatrogénie médicamenteuse désigne les effets indésirables que l'on peut imputer aux médicaments et/ou les interactions médicamenteuses ayant des conséquences sur la santé d’une personne.
Les entreprises du médicament sont mobilisées auprès des professionnels de santé pour lutter contre ce problème de santé publique.
Chiffres
20%

des hospitalisations des patients de plus de 80 ans sont dues à la iatrogénie médicamenteuse (2).

4

médicaments par jour : c'est ce que consomment en moyenne les personnes âgées entre 75 et 84 ans.

 

Contexte

●    Mauvais dosage, mauvaise prise, non-respect du traitement prescrit, interaction entre plusieurs médicaments… les causes d’un accident lié à la prise d’un médicament sont diverses, et les conséquences loin d’être anodines.

●    On estime que ces accidents liés au médicament sont responsables chaque année de 130 000 hospitalisations et près de 1,3 million de journées d’hospitalisation (1)

●    La iatrogénie augmente avec l’âge. En effet, les personnes âgées souffrent souvent de plusieurs maladies chroniques et prennent donc quotidiennement plusieurs médicaments. En moyenne, les 75 et 84 ans consomment 4 médicaments par jour.
Cette polymédication s’accompagne d’un risque accru de prescriptions inappropriées, d’interactions entre les médicaments et d’effets indésirables. Avec l’âge, en effet, des modifications physiologiques d’organes, comme le foie et les reins, peuvent perturber l’élimination des médicaments, tandis que la diminution des capacités cognitives rend plus difficile le suivi de traitements complexes.

 

  • (1). Admissions to hospital caused by adverse drug reactions: Cross sectional incidence study, P. Pouyanne and al. BMJ 2000 Apr 15; 320(7241): 1036.
Enjeux

●    Les effets indésirables des médicaments sont mieux connus et davantage signalés, notamment depuis que le public a la possibilité de les déclarer en ligne (3). Toutefois, ces progrès doivent être renforcés pour ne pas passer à côté d'accidents graves, bien qu'ils soient rares.

●    Dans 45 % des cas, les complications liées aux médicaments seraient évitables. La lutte contre la iatrogénie médicamenteuse est donc une priorité affichée depuis la loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique.
Elle figure en bonne place dans le Programme National pour la sécurité des patients (2013-2017) et s’impose comme un thème majeur de la stratégie nationale de santé (2018-2022). Il est essentiel aujourd’hui que l’Etat fixe des objectifs volontaristes de réduction de la morbi-mortalité à 5 ans dans la stratégie nationale, dont l’un des objectifs annoncés est la pertinence des soins.

●    La lutte contre la iatrogénie passe par le développement d’une véritable culture du bon usage du médicament au sein de l’ensemble de la chaîne du médicament et des professionnels du soin, à travers des formations renforcées, mais aussi de la population.

●    Chez le sujet âgé, la polymédication est habituelle et souvent légitime, car liée à la polypathologie. Mais elle augmente le risque iatrogénique, diminue probablement l’observance des traitements et présente un coût élevé. Mieux prescrire chez le sujet âgé est ainsi un enjeu de santé publique.

 

Nos Actions

●    Né en 2015, le Collectif bon usage du médicament rassemble l’ensemble des acteurs de la chaîne du médicament (médecins, pharmaciens, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, acteurs de la protection sociale et du service à la personne, industriels, éditeurs de bases de données et de logiciels d’aide à la prescription…).

●    Le Collectif a mis en œuvre un vaste programme d’actions auprès du grand public et des professionnels de santé, qui a contribué à un meilleur usage du médicament. Il prévoit :
      ○    le déploiement d’une campagne de communication ciblée « Ayez le réflexe iatrogénie »
      ○    le lancement du site internet « reflexeiatrogenie.com »
      ○    l’amélioration des logiciels d’aide à la prescription (HelloDoc Prévention, Mémos Vidal)
      ○   la création d’un module d'e-learning pour les collaborateurs officinaux
      ○    la conception et le déploiement de « réunions de collaboration de proximité » entre médecins généralistes et pharmaciens d’officine dans les régions
      ○    la mise en place d’une étude au sein d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), évaluant un programme de collaboration entre équipes soignantes et pharmaciens sur la réduction des risques d'iatrogénie médicamenteuse.

●    La plupart des actions du programme déployé par le Collectif durant 3 ans, de 2015 à 2017, ont été évaluées. Elles ont permis d’obtenir des résultats significatifs en termes de santé publique et d’économies pour l’Assurance maladie.

 

Retour aux résultats
Télécharger cette fiche Imprimer cette fiche Envoyer cette fiche Télécharger cette infographie
Télécharger toutes les fiches du thème Le médicament et sa mise au point
Télécharger
Télécharger toutes les fiches
Télécharger
Télécharger toutes les infographies
Télécharger