Actualités
 - 

Que font les entreprises du médicament contre la tuberculose, le VIH et le paludisme ?

14.09.22
Un nouveau vaccin développé par des scientifiques de l’Université d’Oxford pourrait représenter un tournant majeur dans la lutte contre le paludisme. Le vaccin R21/Matrix-M d'Oxford a dépassé l’objectif d'efficacité fixé par l'OMS - une première. L’occasion de découvrir l’engagement des entreprises du médicament contre cette maladie.

La tuberculose, le VIH et le paludisme sont trois pathologies très préoccupantes pour la santé publique mondiale. Les entreprises du médicament sont impliquées dans des programmes internationaux de recherche de nouveaux traitements, d’accès aux soins et d’éducation à la santé, aux côtés d’ONG, d’instituts de recherche, de fondations privées et d’équipes de chercheurs.

 

capture

Chiffres

32 millions de vies ont été sauvées grâce aux programmes de santé soutenus par le partenariat du Fonds mondial (source : Fonds mondial, rapport 2019)

40 % Globalement, le nombre de décès annuels dus à la tuberculose, au sida et au paludisme a reculé de 40 % depuis 2002 dans les pays où le Fonds mondial investit.

Contexte

Tuberculose
La tuberculose est la principale cause de décès dû à un agent infectieux unique (devant le VIH).
Chaque année dans le monde, des millions de personnes contractent encore cette maladie – 10 millions de personnes en 2017, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). (1)
La tuberculose pharmacorésistante est toujours à l’origine d’une crise de santé publique.
Selon l’OMS, près de 600 000 personnes dans le monde souffrent de cette forme de tuberculose résistante à la rifampicine, le médicament de première intention le plus efficace.

VIH
Avec plus de 35 millions de morts à ce jour, le VIH continue de représenter un problème mondial majeur de santé publique.(1)
En 2018, 37,9 millions de personnes vivaient avec le VIH dans le monde, dont 1,8 million d’enfants.
L’Afrique est le continent le plus touché : 25,7 millions de personnes vivaient avec le VIH en 2018.
Il n’existe pas de traitement pour guérir l’infection par le VIH.
En revanche, des médicaments antirétroviraux (ARV) efficaces peuvent permettre de maîtriser le virus et contribuer à éviter sa transmission : 24,5 millions de malades étaient sous trithérapie, soit environ 60 % de la population contaminée en 2018.

Paludisme
Au niveau mondial, le nombre de cas de paludisme est estimé à 216 millions en 2016, contre 237 millions en 2010.(1)
La plupart des cas (90 %) ont été enregistrés dans la région Afrique de l’OMS, loin devant la région Asie du Sud-Est (7 %) et la région Méditerranée orientale (2 %).
L’incidence du paludisme est estimée en baisse de 18 % ; elle passe en effet de 76 cas de paludisme pour 1 000 habitants exposés au risque de paludisme en 2010 à 63 pour 1 000 en 2016.
En dépit de ces progrès, l’incidence du paludisme a augmenté de façon significative entre 2014 et 2016 dans certaines zones (Afrique, Asie du Sud-Est et Pacifique occidental).

Enjeux

Pour la tuberculose
L’objectif de l’OMS est de mettre fin à l’épidémie d’ici à 2030, en diminuant de 90 % le nombre de décès qui lui sont liés et en réduisant de 80 % son incidence par rapport à 2015.

Pour le VIH
Les objectifs sont de développer des médicaments ayant peu d’effets secondaires et qui pourraient être interrompus tout en maintenant le virus sous contrôle, d’améliorer la recherche fondamentale et l’application de nouvelles technologies pour prévenir et traiter le VIH, et de trouver un vaccin.

Pour le paludisme
L’OMS insiste sur l’urgence de pouvoir disposer de nouveaux outils pour contrecarrer la résistance aux traitements.
La résistance aux antipaludiques est en effet un défi majeur de santé publique.
Selon le dernier rapport sur le paludisme dans le monde de l’OMS, 68 pays ont signalé une résistance à au moins une des cinq classes d’antipaludéens généralement utilisées entre 2010 et 2017, et 57 une résistance à deux classes ou plus.

Nos actions

● Les entreprises du médicament sont à l’origine de 76 programmes de lutte contre la tuberculose, le VIH et le paludisme, impliquant 15 pays (dont de nombreux pays partenaires en Afrique et Asie de l’Est) à travers le monde.

● Près de 500 partenaires de tous horizons soutiennent ces programmes (ONG, académies scientifiques, instituts de recherche, gouvernements, fondations privées, entreprises du médicament, etc.). (3)


Pour la tuberculose
● TB Drug Accelerator, programme sur pied depuis 2012, sponsorisé par la Bill & Melinda Gates Foundation, recherche activement de nouveaux traitements contre la tuberculose. Associant des instituts de recherche académique et des entreprises du médicament, il implique des scientifiques de quatre continents.

● Il existe un programme, visant à renforcer l’accès des patients souffrant de tuberculose aux traitements, qui associe des ONG comme Médecins sans frontières, l’Agence américaine pour le développement (USAID) et des entreprises du médicament. Depuis 2015, il a permis la distribution de 20 000 doses de traitement dans 90 pays.

Pour le VIH/sida
● Les entreprises du médicament soutiennent le projet Test and Treat.
En place depuis 2015 en Tanzanie, il vise à proposer des formations aux professionnels de santé et de la communauté éducative afin de réduire la transmission du VIH et de renforcer l’adhésion aux messages de prévention et aux traitements.
Depuis 2018, 11 200 personnes ont été dépistées et 3 000 enfants et adultes ont accès à des traitements antiviraux.

● Elles soutiennent aussi le projet Mentor Mother, en place depuis 2006 dans 9 pays d’Afrique subsaharienne.
Il a permis à 1 800 mères séropositives de transmettre leur expérience et conseils à plus d’un million de femmes vivant dans ces pays.

Pour le paludisme
● Le programme Moski Kit, en place depuis 2001, est soutenu par les entreprises du médicament.
Destiné aux enfants dans 17 pays d’Afrique subsaharienne, il consiste en un kit d’information et de sensibilisation distribué aux instituteurs d’écoles primaires. Il permet aux élèves de devenir les messagers de la lutte contre le paludisme au sein de leur famille.
Moski Kit a reçu en 2016 le prix du meilleur programme de sensibilisation des patients lors des Eyeforpharma Awards à Barcelone.

● Medicines for Malaria Venture est un programme de recherche visant à mettre au point de nouveaux traitements pour lutter contre le paludisme.
Il implique 400 partenaires autour de 65 axes de recherche dans 55 pays participant. Depuis sa création, en 1999, 10 nouveaux médicaments ont été développés et commercialisés.
Par ailleurs, depuis 2009, il a permis la distribution de 350 millions de doses de traitement antipaludique dans 50 pays concernés de près par la maladie.

  • (1). a. b. c. OMS : les dix principales causes de mortalité dans le monde.