Pourquoi, en France, les médicaments ne sont-ils pas vendus en grande surface ?

Le chiffre : 22 949 officines en France (Métropole et Outre-Mer).

En France, pour des raisons de santé publique, la pharmacie d’officine détient le monopole de la vente de médicaments. Il est donc actuellement interdit de vendre des médicaments en dehors d’une pharmacie. Le pharmacien peut, s’il le souhaite, mettre à disposition des patients certains médicaments d’automédication en libre accès.
 

État des lieux

En France, seul un pharmacien peut être propriétaire d’une pharmacie. Les pharmaciens d’officine représentent 75,6 % de l’ensemble des pharmaciens inscrits à l’Ordre national des pharmaciens. Le pharmacien d’officine est le seul professionnel de santé autorisé à dispenser des médicaments. Ces médicaments peuvent être de prescription médicale obligatoire (81,7 % des ventes), de prescription médicale facultative (11,8 % des ventes) ou d’automédication (6,5 % des ventes). On compte 55 059 pharmaciens d’officine en France (métropole et outre-mer) et une officine pour 2 800 habitants, assurant ainsi à tous un service de proximité.

Pistes d’avenir

L’acte de dispensation du pharmacien d’officine consiste en une analyse pharmaceutique de l’ordonnance médicale, en la préparation d’éventuelles doses à administrer et en la délivrance de médicaments.Son rôle va encore être renforcé2 pour accompagner notamment deux catégories de patients chroniques (asthmatiques et patients sous anticoagulants) et pour aider les personnes âgées à mieux appréhender les traitements dispensés sous forme de génériques.La mission de santé publique du pharmacien d’officine est ainsi valorisée conformément aux perspectives ouvertes par la loi HPST par une rémunération spécifique versée par l’Assurance Maladie.
 

Les entreprises du médicament travaillent en étroite collaboration avec les pharmaciens d’officine

 
- Elles s’appuient sur la compétence scientifique et la disponibilité de ces professionnels de santé.

- Elles sont conscientes du rôle primordial des pharmaciens d’officine. Au sein de la chaîne de distribution, ils participent en effet à la sécurité, à la qualité et à la traçabilité des médicaments et sont l’un des garants de la protection contre la contrefaçon.

- Elles soutiennent le déploiement du dossier pharmaceutique (DP) dans la quasi-totalité des officines, la mise à disposition de sites dédiés à la qualité de la dispensation (Eqo, Meddispar) ou à l’accompagnement du patient (Cespharm).
 
Pour la première fois, en 2010, la croissance globale des effectifs de pharmaciens a marqué un point d’arrêt.
 
(1) Chiffres 2011 disponibles sur le site de l’ordre national des pharmaciens (www.ordre.pharmacien.fr). (2) Communiqué de presse. Ordre national des pharmaciens. 30 mars 2012. « La collaboration étroite entre les trois syndicats représentatifs de la profession a abouti à un résultat concret ».