Organisation : *
Courriel : *
Nom Prénom :
Contact Presse

Stéphanie Bou

Responsable du Service Presse et Communication Media

Tél.:01 45 03 88 38

Fax: 01 45 03 88 75

E-mail: sbou@leem.org

Virginie Pautre

Attachée de Presse Senior

Tél.:01 45 03 88 87

Fax: 01 45 03 88 75

E-mail: vpautre@leem.org

Jean Clément Vergeau

Chargé de projets éditoriaux et presse

Tél.: 01 45 03 86 82

Fax.: 01 45 03 88 75

E-mail: jcvergeau@leem.org

Alerte aux « ruptures » de médicaments !

  • 20 05 14

95%  des médicaments vendus en pharmacie sont disponibles le jour-même en France, grâce à la qualité et à l’efficacité de la chaîne de fabrication et de distribution du médicament.

Pourtant, les résultats d’une enquête du Leem, réalisée par IPSOS en 2014 auprès de 1000 Français (Enquête téléchargeable sur www.leem.org), font ressortir l’inquiétude des Français face au problème des ruptures.

L’opinion des Français sur la question
Près d’un tiers des Français interrogés par IPSOS en février 2014 dans le cadre de l’Observatoire sociétal du médicament, publié le 10 avril dernier, identifient les ruptures d’approvisionnement dans les pharmacies comme une menace pour leur santé, derrière la contrefaçon de médicaments (83%), la vente de médicaments sur Internet (66%) et la délocalisation de la production des médicaments (50%). 55% des sondés disent y avoir été confrontés dans leur pharmacie. Cependant, ce chiffre ne fait pas la distinction entre une véritable rupture d’approvisionnement et un simple retard de livraison dans la pharmacie.

Une perception en ligne avec les derniers bilans  dressés par l’ANSM montrant l’augmentation régulière des ruptures et des risques de rupture en produits indispensables ces dernières années : 44 en 2008, 173 en 2012, et plus de 200 en 2013
Au total, 324 ruptures de stock et 103 risques de ruptures de médicaments indispensables et moins indispensables ont été répertoriés par l’ANSM entre septembre 2012 et octobre 2013.

Pour mieux appréhender l’ampleur du phénomène, le Leem a mené une enquête entre septembre 2012 et octobre 2013, auprès de 90 laboratoires pharmaceutiques (princeps, génériques, vaccins…) ayant effectué au moins une déclaration de rupture auprès de l’ANSM. 51% des laboratoires ont répondu représentant 71% des cas de rupture.

Il ressort de cette enquête portant sur 180 ruptures, sur les 324 recensées par l’ANSM, que :
-    les ruptures peuvent durer de 0  jour à 398 jours (13 mois)
-    la moyenne des durées de rupture est de 94 jours.

Une situation, difficile à accepter par les patients, les médecins et les pharmaciens, car une interruption de traitement, même très momentanée, peut avoir des incidences graves sur la santé d’un malade.

Cette inquiétude est-elle justifiée ? Les ruptures, les « pénuries »  vont-elles s’amplifier ? Qui sont les responsables ? Des solutions ont-elles été mises en place ?

Les explications pour comprendre ce phénomène sont détaillées dans le dossier de presse ...