Organisation : *
Courriel : *
Nom Prénom :
Contact Presse

Stéphanie Bou

Responsable du Service Presse et Communication Media

Tél.:01 45 03 88 38

Fax: 01 45 03 88 75

E-mail: sbou@leem.org

Virginie Pautre

Attachée de Presse Senior

Tél.:01 45 03 88 87

Fax: 01 45 03 88 75

E-mail: vpautre@leem.org

Jean Clément Vergeau

Chargé de projets éditoriaux et presse

Tél.: 01 45 03 86 82

Fax.: 01 45 03 88 75

E-mail: jcvergeau@leem.org

Fact-checking ...

  • 08 11 17

... relatif à l'article publié dans Le Canard Enchaîné, le 8 novembre 2017 : “Des labos soignant l’éthique”.

FAUX :

Non, les nouvelles règles de transparence ne créent pas une plus grande opacité.
La transparence des liens d’intérêts a été introduite par la Loi Bertrand de décembre 2011. Elle prévoit que les entreprises doivent publier leurs liens de travail avec les acteurs de santé sur une base de données publique : www.transparence.sante.gouv.fr. Cette transparence a été renforcée par la Loi Santé de janvier 2016. Depuis le 1er septembre 2017, les entreprises doivent déclarer le montant des contrats (rémunérations et frais pris en charge par les entreprises) ainsi que l’identité des bénéficiaires indirects. L’article du Canard Enchaîné confond le « code de bonne conduite » de l’organisation européenne MedTech dédiée aux dispositifs médicaux avec le dispositif de prévention des conflits d’intérêts prévu par la loi française pour les entreprises du médicament.

FAUX :

Non, le nom du laboratoire « ne disparaît pas par enchantement » sur la base publique.
Bien au contraire, le renforcement du dispositif en 2017 prévoit également que le nom des bénéficiaires directs et indirects figure dans les déclarations. Ce dispositif exemplaire permet ainsi à chaque citoyen d’apprécier, en toute objectivité, la nature des relations qui lient les industries de santé aux professionnels de santé. Tout est si transparent que le seuil de déclaration pour les avantages est fixé à 10 euros ! Quelle industrie en France peut en dire autant ?

VRAI :

Oui, la lisibilité de la base transparence mériterait d’être améliorée.
La limite de la transparence aujourd’hui réside dans la complexité du dispositif mis en place, qui le rend difficilement lisible par le public. Des chiffres sont publiés sur la base transparence, mais les outils nécessaires pour les comprendre sont insuffisants voire inexistants. De la pédagogie mais également des améliorations du site sont aujourd’hui indispensables pour permettre à la transparence d’atteindre pleinement ses objectifs. 

FAUX :

Non, il n’y a pas de « conférences au soleil ».
Contrairement à ce que laisse croire l’article du Canard Enchaîné, les pratiques ont bien changé depuis longtemps. Les congrès qui nécessitent de voyager loin pour y assister sont des congrès internationaux réunissant des experts du monde entier autour d’une thématique, d’un domaine thérapeutique, afin de leur délivrer l’information la plus à la pointe. La détermination du lieu n’est pas faite en fonction des experts français, le bout du monde pour certains ne l’étant pas pour les autres. En tout état de cause, ces lieux sont choisis pour leur caractère pratique en terme logistique et ne peuvent comporter ni de caractère somptuaire, ni des loisirs.

VRAI :

Oui, les liens de travail entre les entreprises du médicament et les professionnels de santé sont essentiels.
La mise en commun de leurs expertises respectives leur permet de poursuivre un même objectif : améliorer la prise en charge des patients grâce au progrès thérapeutique.

FAUX:

Non, un lien n’est pas un conflit d’intérêts.
Un lien d’intérêts n’est pas synonyme de conflit d’intérêts. Les relations entre professionnels de santé et industrie pharmaceutique sont indispensables au progrès médical. Un conflit d’intérêts est quant à lui nuisible : il peut venir fausser une décision publique si elle est prise au regard d’intérêts privés.  Il est donc essentiel d’avoir connaissance de ces liens de travail pour s’assurer qu’ils n’interfèrent pas avec la prise de décision publique.

VRAI :

Oui, les labos soignent leur éthique
A ce jour, l’industrie pharmaceutique est le secteur industriel le plus drastiquement encadré et le plus transparent au monde. La transparence des liens permet aujourd’hui aux autorités publiques, dans le cadre des décisions qu’elles ont à prendre sur les médicaments, de disposer de toutes les informations nécessaires pour s’assurer que les liens qui existent entre professionnels de santé et laboratoires pharmaceutiques ne sont pas des conflits d’intérêts.