L'économie du médicament

Environnement économique et comptes sociaux

Contexte économique 2015-2016
La croissance économique mondiale se poursuit sur un rythme régulier, proche de 3 %, mais les disparités régionales se creusent.
Les États-Unis, avec un taux de chômage au plus bas depuis 2008, à 5,1 %, et une demande des ménages accrue, devraient connaître une croissance du PIB de 1,9 % en 2016.
Le Japon renouerait avec la croissance et la zone euro connaîtrait une reprise modérée, avec une croissance du PIB de 1,5 % en 2015 et en 2016. Enfin, l’activité des économies émergentes poursuivrait leur ralentissement, comme en Chine où la croissance est au plus bas depuis 2009. D’autres pays, entrés en récession en 2015, y resteraient en 2016, comme le Brésil ou la Russie.
En France, le niveau du PIB augmenterait de 1,5 % en 2016. Cette embellie s’explique par l’augmentation de la consommation des ménages, rendue possible par la baisse du prix du pétrole, et par la croissance des exportations du fait de la dépréciation de l’euro. L’investissement des entreprises devrait également s’améliorer, les mesures du pacte de responsabilité et du CICE produisant leurs premiers effets sur le taux de marge des entreprises.

De ce fait, les conjoncturistes estiment que le taux de chômage se stabilisera autour de 10 %.
Enfin, un point de vigilance sera à maintenir sur l’évolution des finances publiques, puisque la dette et le déficit publics demeureraient à des niveaux élevés, respectivement à 96,2 % du PIB et à - 3,3 % du PIB, pour 2016.

 

Recettes des comptes sociaux
Lors du vote de la loi de finance de la sécurité sociale pour 2016, le solde du régime général prévisionnel inscrit était de - 9,0 milliards d’euros pour 2015, dont - 7,5 milliards d’euros pour la seule branche maladie, et de - 6 milliards d’euros pour 2016, dont - 6,2 milliards d’euros pour la branche maladie.
Ces chiffres ont été revus à la baisse par le gouvernement au printemps 2016 : le solde du régime général pour 2015 s’établirait à - 6,8 milliards d’euros, et celui de la branche maladie à - 5,8 milliards d’euros. En comptabilisant le fonds de solidarité vieillesse, le déficit serait de - 10,7 milliards d’euros, soit une amélioration de 2,4 milliards d’euros par rapport au solde 2 014 et de 2,1 milliards d’euros par rapport à la prévision pour 2015 établie par la dernière loi de financement de la Sécurité sociale.

L’amélioration de la situation de la branche maladie traduit notamment une meilleure maîtrise des dépenses, la progression des dépenses de l’Assurance maladie ayant été limitée à 2 %.
 

 

Au sein de l’Union européenne, le poids des dépenses de protection sociale dans le PIB s’établit à 28,6 % en 2013. La France présente le taux le plus élevé d’Europe (33,7 %), devant le Danemark (33,0 %).
 

 

 

 

 

Pour en savoir plus

 

PUBLICATIONS

Perspective de l’économie mondiale 2016-2020. COE-Rexecode, mars 2016.
Programme de stabilité. Avril 2016.