L'économie du médicament

Environnement économique et comptes sociaux

Contexte économique 2016-2017

En 2016, l’économie mondiale a progressé de 3,0 %.
Aux Etats-Unis, malgré un taux de chômage au plus bas (4,9 % en moyenne sur l’année), la croissance a fléchi et n’a été que de 1,6 %. De son côté, le Japon peine à accélérer sa croissance stagnant à 1,0 %, tandis que la zone euro, où l’amélioration du climat des affaires se confirme, enregistre une progression du produit intérieur brut de 1,6 %. L’activité des économies émergentes, fortement réduite en 2015 et 2016, devrait se relever en 2017, sans toutefois occulter les incertitudes dans plusieurs pays (Chine, Brésil ou encore Russie).

En France, la croissance du PIB a atteint 1,1 % en 2016, soit un chiffre inférieur aux prévisions.  La conjoncture favorable de plusieurs facteurs – baisse du prix du pétrole et dépréciation de l’euro favorisant les exportations – n’était que temporaire. La croissance française pâtit d’un déficit de compétitivité, d’un taux de chômage structurellement élevé (9,8 %), bien qu’en légère baisse, et d’une dette publique toujours aussi élevée. L’augmentation des dépenses d’investissement de la part des ménages et des entreprises pourrait toutefois entraîner une légère accélération de la croissance en 2017 et 2018.
 

Recettes des comptes sociaux

Le solde du régime général de la sécurité sociale et du fonds de solidarité vieillesse (FSV) s’établit à – 7,8 milliards d’euros en 2016, en amélioration de 3 milliards d’euros par rapport à 2015 (– 10,8 milliards d’euros).

Ce résultat est meilleur que l’objectif initialement voté dans la loi de financement de la sécurité sociale pour 2016 (– 9,7 milliards d’euros). Il s’écarte toutefois de la prévision rectifiée en loi de financement de la sécurité sociale pour 2017 (– 7,1 milliards d’euros).

Le déficit du régime général se monte à 4,1 milliards d’euros en 2016, la branche maladie étant déficitaire de 4,8 milliards d’euros.
L’amélioration de la situation de la branche maladie traduit notamment une meilleure maîtrise des dépenses, l’objectif national des dépenses d’assurance maladie ayant été respecté.

Au sein de l'Union européenne, le poids des dépenses de protection sociale dans le PIB s’établit à 28,7 % en 2014. La France présente le premier taux plus élevé d'Europe (34,3 %), devant le Danemark (32,9 %).

L’essentiel

1,1 % 
Croissance du PIB de la France en 2016.
9,8 %
Taux de chômage en France en 2016.
4,8 milliards d’euros
Déficit de la branche maladie du régime général en 2016.
34,3 %
Poids des dépenses de protection sociale dans le PIB de la France en 2014.
 

 

 

 

En savoir plus

PUBLICATIONS

Perspectives de l’économie mondiale 2017-2021. Coe-Rexecode, mars 2017.
Note de conjoncture. Insee, mars 2017.
Programme de stabilité. Avril 2016.